Mon semi de Bourg ....par Herman

Publié le par tissteam01

Traditionnellement placé 1 mois avant le marathon de Paris, le semi de Bourg est la 1ère course à laquelle j’ai participé à mes débuts en 2001 : souvenirs ! souvenirs !

Après une non-participation en 2014 pour soigner mon aponévrosite plantaire, les organisateurs mettent en avant cette année un nouveau parcours « urbain » plus roulant pour ouvrir le 10km au championnat de France. Le semi se courant en enchaînant 2 fois le tour avec une petite variante entre le 13ème et 15ème kilomètre, j’avais donc repéré à l’entraînement cette boucle en la courant les 2 dimanche précédents, sous la grisaille et le vent, et je n’avais pas trop apprécié les longues lignes droites dans la zone industrielle…

Inscription à 2€ avec le Comité du boulot, retrait des dossards le samedi après-midi avec un t-shirt criard et une boisson de récup Apurna, on essaye de digérer la bouffe en famille de la veille : filet-mignon roulé au lard et roquefort accompagné de son gratin dauphinois et petit Bergerac J …

Dernière nuit courte avec réveil à 6h30 pour le petit déjeuner 3h avant le départ, un bol de café avec un gâteau « sport » maison et une poignée d’amandes. Il fait 3°C dehors, le ciel est dégagé avec un léger vent, plus qu’à se mettre tranquillement en tenue en attendant de se rendre au départ. Le stress monte malgré tout crescendo alors que ce n’est pas une course « objectif », mais François et le Prez m’ont mis la pression pour faire tomber le chrono J Tic !Tac !Tic !Tac !

A 9h je suis prêt, il fait toujours 5~6°C à l’ombre donc c’est collant/coupe-vent léger/bonnet et gants en soie, je crème les orteils puis enfile mes Virrata « light », un peu déçu de ne pas pouvoir tester les Hoka One One Clifton sur le stand de la marque (mais pour 21km je préfère courir en terrain connu). Ma chérie et les 2 loulous partent en voiture se poster à un carrefour stratégique en ville, et moi je me rends au départ en courant pour m’échauffer un peu, 2 petits kilomètres tranquillou !

Arrivé 5minutes avant le départ, forcément le sas est déjà blindé même si tous les coureurs et coureuses ne sont pas installés, je passe par-dessus une barrière pour me mettre en milieu de peloton, on verra bien ! Il fait grand soleil et protégé du vent on est bien, je quitte les gants juste avant que le départ soit donné, ça commence à avancer et je me retrouve juste à côté de ma petite sœur qui part sur le 10km J Une petite bise et un mot d’encouragement avant de franchir l’arche de départ et la ligne de chronométrage pour enclencher le timer !

Où est Seb ??? (un indice : bonnet et veste noirs)

Où est Seb ??? (un indice : bonnet et veste noirs)

C’est parti pour 1h30 de course, un peu moins même si possible ! J’avais repéré à peu près le passage des premiers 500m pour rapidement avoir une idée du rythme : 2’10 donc légèrement mou même si le peloton est vite fluide malgré comme à l’habitude les escargots qui se sont mis dans le sas élite pour la photo du journal… Promis l’an prochain je tente le holeshot pour la gloire !!! J

Au 1er kil devant l’église de Brou monument préféré des français j’ai 10~15secondes de retard, mais vaut mieux ça que trop d’avance pour ne pas se griller… Le temps est finalement nickel et je sens que je vais me délester du bonnet rapidement !

« J’enlève le bonnet à l’église ??? »

« J’enlève le bonnet à l’église ??? »

On descend le boulevard vers le centre-ville, ça courre toujours tranquille, et en bas de la descente j’aperçois ma family, donc je quitte la veste et leur jette pour ne pas surchauffer par la suite.

Je tombe la veste : fin de l’anonymat !!!

Je tombe la veste : fin de l’anonymat !!!

On zigzague un peu au milieu du public vers le champ de foire, je vois quelques connaissances et aussi ma mère qui remarque mon beau t-shirt spécial dédicace (rapport à mon 2ème prénom) puis on enquille la ligne droite vers le nord par l’avenue Maginot !

Les routes sont coupées pour laisser passer les coureurs, heureusement un dimanche matin la circulation est quasi inexistante. Le 3ème kil est couru un peu plus rapidement sur l’élan de la descente, mais au 4ème j’ai déjà 30sec de retard sur mon tableau de marche « pessimiste », et ça ne va pas s’arranger… Au 5ème on passe une bande de chronométrage juste avant le ravito, mince c’est des gobelets d’eau, j’en choppe un au passage mais sans ralentir je n’arrive qu’à me mouiller la bouche… Je n’ai même pas vu ce qu’il y avait à manger sur les tables, d’habitude je prends toujours 1ou2 morceaux de sucre mais tant pis pour cette fois !

Les 6 et 7èmes km sont toujours des longues lignes droites dans la zone industrielle, le vent léger est de travers et ne nous gêne pas trop, c’est bon signe pour la suite. Au 8ème on bifurque pour retourner vers le centre-ville, je suis même pas à 14 à l’heure, pourtant j’ai pas des semelles en plomb !?! Je recroise mon fiston et les filles au poste de signaleur de Mukasa dans les petites ruelles de bourg, et en remontant vers le km9 j’ai 1 minute de retard sur la prévision :-(

« Give me Five !!! »

« Give me Five !!! »

Juste avant le 10ème, on se sépare des concurrents du 10km qui tournent à droite vers l’arrivée tandis qu’on prend à gauche pour enchaîner une deuxième boucle ! Au ravito du 10 j’évite un bénévole qui me tendait un verre d’eau pour essayer de trouver le sucre, caramba ! encore raté ! du coup je ne prends rien du tout à boire ni à manger… Je me retrouve à côté d’un jeune qui courre au même rythme que moi, on discute un peu sur le chrono et le monde devant « y’a du level ou bien ??? ». Mon T-Shirt fait toujours autant sensation même si j’ai oublié la cape à la maison, non j’déconne J

A la faveur de la descente j’en profite pour accélérer un peu et diminuer le retard qui était presque d’1m15s au 11ème. Comme on repart vers la zone industrielle et que c’est le « dernier » tour, le moral reprend le dessus et je me mets en mode warrior en gardant les coureurs qui sont devant moi dans le collimateur. Le rythme s’est enfin décidé à augmenter au fil des foulées, malgré une petite côte sournoise au 14ème qui n’était pas prévue au programme, les organisateurs ayant légèrement décalé un petit détour par rapport au 1er tour… Plus de peur que de mal, ça ne m’a pas coupé les jambes et au contraire j’accélère encore légèrement dans les centaines de mètre qui s’ensuivent grâce au faux plat descendant. Je loupe le panneau du 15ème pour prendre mon temps intermédiaire, donc c’est seulement au km16 (ligne de chrono) que je constate que l’effort commence à payer, le retard diminuant joyeusement. Dans ma lancée je saute aussi le dernier ravito, je joue le tout pour le tout maintenant ça fait du temps de perdu en moins!!! Les 17 et 18ème sont avalés d’une traite pour sortir rapidement de la zone industrielle, je repasse en ville vers Mukasa qui m’encourage une dernière fois, je ne regarde plus que le chrono final en passant le 20ème : un peu moins d'1h2, ça sent bon la prime d’arrivée !!!

Le dernier 1100m n’est pas vraiment plat ni droit, mais je déroule les jambes au maximum comme lors des séries de 400 sur la piste, dernier virage à droite avant l’arche d’arrivée, je relance tout ce que j’ai pour finir à fond, poing levé sur les derniers mètres en hommage à mon héros homonyme du jour !!! 1h28m45s : objectif atteint et 3ème record personnel sur la distance après 2002 et 2003 malgré les cheveux blancs en plus :-)

Ca y est c’est fait, je suis fier de moi et content du résultat ! Je choppe une boisson de récup au ravito d’arrivée, on discute avec un vieux copain, des collègues de boulot et du club de nat’, mais j’aperçois ma chérie qui me cherche ! Un dernier au revoir au tonton et à la tatan qui courait le 10km, je récupère mes enfants et ma femme et on rentre à la maison en voiture, on verra plus tard pour le footing de récup !!! (en fait une rando familiale aux Conches pour battre les KOM du Prez et de François !!! :-) ) Et encore MERCI à tous mes supporters d’un jour pour vos encouragements !!!

Mon semi de Bourg ....par Herman

Publié dans Compte rendus courses

Commenter cet article